• 4257 visits
  • 4 articles
  • 4 hearts
  • 792 comments

12/05/2008

______________________________________________________
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


" Chûte libre dans mon estime"
Schalk.
______________________________________________________
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

" A mon amour perdu ....je ne t'oublierais jamais je sais que tu m'attends et j'espère que ce ne sera pas trop longtemps! "

11/05/2008

Evandus

Après quelques temps, tu apprendras la différence entre tendre la main et secourir une âme.
Et tu apprendras que aimer ne signifie pas s'appuyer,et que compagnie ne signifie pas toujours sécurité.
Tu commenceras à apprendre que les baisers ne sont pas des contrats, ni les cadeaux, ni les promesses...
Tu commenceras à accepter tes échecs la tête haute, comme un adulte, et non avec la tristesse d'un enfant.
Et tu apprendras à construire aujourd'hui tes chemins, parce que le terrain de demain est incertain, et ne garantit pas la réalisation des projets, et le futur à l'habitude de ne pas tenir ses promesses.
Après un certain temps, tu apprendras que le soleil brûle si tu t'y exposes trop.
Tu accepteras le fait que même les meilleurs peuvent te blesser parfois, et que tu auras à leur pardonner.
Tu apprendras que parler peut alléger les douleurs de l'âme.
Tu apprendras qu'il faut beaucoup d'années pour bâtir la confiance, et à peine quelques secondes pour la détruire, et que, toi aussi, tu pourras faire des choses dont tu te repentiras le reste de ta vie.
Tu apprendras que les vraies amitiés continuent à grandir malgré la séparation. Et que ce qui compte, ce n'est pas ce que tu possèdes, mais qui compte dans ta vie...
Et que les bons amis sont la famille qu'il nous est permis de choisir.
Tu apprendras que nous n'avons pas à changer d'amis, si nous acceptons que nos amis changent et évoluent.
Tu expérimenteras que tu peux passer de bons moments avec ton meilleur ami en faisant n'importe quoi, ou rien, seulement pour le plaisir de jouir de sa compagnie.
Tu découvriras que souvent nous prenons à la légère les personnes qui nous importent le plus ; et pour cela nous devons toujours dire à ces personnes que nous les aimons, car nous ne savons jamais si c'est la dernière fois que nous les voyons...
Tu apprendras que les circonstances, et l'ambiance qui nous entoure, ont une influence sur nous, mais que nous sommes les uniques responsables de ce que nous faisons.
Tu commenceras à comprendre que nous ne devons pas nous comparer aux autres, sauf si nous désirons les imiter pour nous améliorer.
Tu découvriras qu'il te faut beaucoup de temps pour être enfin la personne que tu désires être, et que le temps est court...
Tu apprendras que si tu ne contrôles pas tes actes, eux te contrôleront, et que être souple ne signifie pas être mou ou ne pas avoir de personnalité : car peu importe combien délicate ou complexe soit une situation, il y a toujours deux manières de l'aborder.
Tu apprendras que les héros sont des personnes qui ont fait ce qu'il était nécessaire de faire, en assumant les conséquences.
Tu apprendras que la patience requiert une longue pratique.
Tu découvriras que parfois, la personne dont tu crois qu'elle te piétineras si tu tombes, parfois est l'une des rares qui t'aideras à te relever.
Mûrir dépend davantage de ce que t'apprennent tes expériences que les années que tu as vécu.
Tu apprendras que tu tiens beaucoup plus de tes parents que tu veux bien le croire.
Tu apprendras qu'il ne faut jamais dire à un enfant que ses rêves sont des bêtises, car peu de choses sont aussi humiliantes ; et ce serait une tragédie s'il te croyait, car cela lui enlèverait l'espérance !
Tu apprendras que, lorsque tu sens de la colère et de la rage en toi, tu en as le droit, mais cela ne te donne pas le droit d'être cruel.
Tu découvriras que, simplement parce que telle personne ne t'aime pas comme tu le désires, cela ne signifie pas qu'elle ne t'aime pas autant qu'elle en est capable : car il y a des personnes qui nous aiment, mais qui ne savent pas comment nous le prouver...
Il ne suffit pas toujours d'être pardonné par les autres, parfois tu auras à apprendre à te pardonner à toi-même...
Tu apprendras que, avec la même sévérité que tu juges les autres, toi aussi tu seras jugé et, parfois, condamné...
Tu apprendras que peu importe que tu aies le c½ur brisé, le monde ne s'arrête pas de tourner.
Tu apprendras que le temps ne peut revenir en arrière.
Tu dois cultiver ton propre jardin et décorer ton âme, au lieu d'attendre que les autres te portent des fleurs...
Alors, et seulement alors, tu sauras ce que réellement tu peux endurer ; que tu es fort, et que tu pourras aller bien plus loin que ce que tu le pensais quand tu t'imaginais ne plus pouvoir avancer !
C'est que réellement la vie n'a de valeur que si tu as la valeur de l'affronter !

19/01/2009

Homme digne.

 
"Je suis fatigué de devoir courir les routes et d'être seul comme un moineau sous la pluie... Fatigué d'avoir jamais un ami pour parler, pour me dire où on va, d'où on vient et pourquoi... Mais surtout je suis fatigué de voir les hommes se battre les uns les autres, je suis fatigué de toute la peine et la souffrance que je sens dans le monde..."

02/10/2010

Désolé de mourir.

C'est l'histoire d'un feu qui s'éteind chaque jour. L'histoire d'une vie banal, qui porte trop sur l'attention. Avant de partir, il avait laissé quelque mot sur un bout de papier usée ; " Je fais le passé, maman, j'ai peur du futur et je ne me sens pas de l'affronter, j'ai peur de l'avenir, d'avancer dans cette vie. AQlors j'ai écris, écris pour ressentir cette éternelle évasion,k addiction a la solitude. La vie est trop dure, face à elle, je ne fais pas le poid, face a elle, je suis un imcapable. Je veux qu'on m'oublie. Je voudrais ne jamais être née, laisser la place à un gagnant. J'ai reçus coups et blessure, je ne ressens plus rien. Laissez moi partir, je ne veux plus souffrir dans cette ambience si froide. J'ai perdu le sourir, je veux me blotir, sentir une nouvelle chaleur. Sortir et mourir. Courir ce monde. Non maman, ne pleure pas, sa sert à rien. Excusez-moi de faire ça, mais c'est mon seul échapatoire.